Avec FileMaker, rigidité ou souplesse ?

La semaine dernière, j’évoquais avec vous la souplesse de FileMaker pour développer des solutions adaptées à vos besoins.

C’est que FileMaker permet très facilement de se corriger ou de se reprendre lorsque ce que l’on a fait n’est pas totalement satisfaisant ou que l’activité à gérer ayant évolué, on doit de même faire évoluer l’outil qui la gère 😉

Un autre aspect de la souplesse de FileMaker transparaît de manière plus cachée dans FileMaker lui-même, c’est-à-dire d’un point de vue technique. J’ai pu le vérifier à l’occasion de la dernière conférence en ligne que Magalie a donné pour les stagiaires de la formation Personnes-ressource FileMaker. Ceci va nous permettre d’entrer dans des aspects un peu plus concrets…

Le thème de cette conférence était Fenêtres, Popovers et Boites de dialogue.

L’objectif des fenêtres, popovers et boites de dialogues est, d’une manière ou d’une autre, d’entrer en relation – en dialogue – avec l’utilisateur. Ces trois outils sont donc à notre disposition pour cela. Mais ils ne sont pas totalement équivalents :

1) La boite de dialogue personnalisée est ce qui, pour le développeur, est le plus rapide à mettre en place. Il suffit en effet d’utiliser l’action de script Ouvrir boite de dialogue personnalisée et au besoin, de gérer la réponse de l’utilisateur.

En termes de « fenêtre », tout se gère à l’intérieur de l’action de script Ouvrir boite de dialogue personnalisée. Mais le développeur ne peut aller au-delà des seules options proposées par cette action de script. Pas question pour lui de changer l’apparence de cette boite de dialogue, d’en modifier la taille, d’agrandir la taille des boutons pour s’ajuster au texte, d’avoir plus que trois boutons, etc. En résumé, nous sommes ici dans la situation la moins souple qui soit pour ce que nous voulons faire.

2) Le propover apporte un peu plus de souplesse. Cet outil apparu relativement récemment a trois caractéristiques : il est un objet de modèle, il est un bouton et il peut être utilisé comme un mini modèle à l’intérieur d’un modèle puisqu’on peut y déposer toutes sortes d’objets de modèles : rubriques, panneau à onglets, table externe, etc. Le développeur peut y déposer autant de boutons qu’il veut, avec l’apparence et la taille de son choix. Il ne connaît donc pas les limitations de la boite de dialogue  personnalisée que l’on ouvre à partir de l’action de script Ouvrir boite de dialogue personnalisée.

3) La fenêtre est évidemment la solution la plus souple parmi toutes celles qui nous sont proposées. La fenêtre ne fait qu’ouvrir un modèle que l’on a créé pour cela. On bénéficie donc de toute la richesse à laquelle on a habituellement accès lorsqu’on réalise un modèle. En outre, Magalie nous faisait remarquer qu’une catégorie complète d’actions de script était consacrée aux fenêtres, tandis qu’une seule action de script (Fermer popover) agit sur les popovers. Et si l’on s’arrête sur la seule action de script Nouvelle fenêtre, celle-ci offre un nombre important d’options qui font qu’il est impossible que vous ne trouviez pas chaussure à votre pied 😉

FileMaker propose souvent plusieurs manières de parvenir à nos fins. Boite de dialogue, popovers et fenêtres sont trois manières d’entrer en dialogue avec un utilisateur. Mais en tenant compte du contexte, il faudra faire un choix… Notons simplement qu’indépendamment de celui-ci, deux aspects sont à prendre en compte :

– Plus un logiciel est souple, plus il y aura de travail pour le développeur 😉 Certes, on peut se réjouir d’avoir plus et de meilleurs outils à notre disposition pour réaliser des apps. Mais à l’époque où il n’existait que les boites de dialogue personnalisées pour entrer en contact avec l’utilisateur, au moins, on ne se posait pas de question 😉 Sauf bien entendu si l’on cherchait à dépasser les limites du FileMaker d’alors…

– On vérifie par cet exemple que ce qui est simple pour le développeur est généralement compliqué pour l’utilisateur et qu’à l’inverse, ce qui est simple pour l’utilisateur est compliqué (à réaliser) pour le développeur… Il est techniquement parlant plus simple pour le développeur de mettre en place une boite de dialogue personnalisée. Mais à cause des limites de celle-ci, l’utilisateur peut au final ne pas comprendre ce que l’on attend de lui. Une interface bien travaillée, avec les boutons qu’il faut et un style de fenêtre adapté peut alors remédier au problème…

Marie-Charlotte Potton

 

Pour approfondir ces sujets, voir notamment les fiches Astuces n°76 et  77 sur la création d’une nouvelle fenêtre, les fiches Astuces n°55 à 57 sur les boites de dialogue personnalisées…

Article précédent

Tags: , ,

Merci de laisser un commentaire (Pas de commentaire )

Il n'y a pas de commentaire pour l'instant, soyez le premier ;-)

FileMaker 16
en vidéo

FM16

Visualisez ou téléchargez notre vidéo de présentation des nouveautés ainsi que notre guide PDF et notre fiche technique.

Espace membre